Les Caprices de Marianne de Sauguet - Marianne -
Opéras de Reims, Massy, Marseille, Rennes, Vichy, Rouen, Toulouse, Bordeaux et Saint-Etienne

"Marianne est interprétée ici par une Aurélie Fargues radieuse, toujours juste et au timbre ravageur."

Le Progrès

"Etirant fortement la tessiture de soprano, la partition multiplie les sauts de grands intervalles, ne ménageant pas l’interprète. Aurélie Fargues affiche pourtant une facilité et homogénéité déconcertantes, magnifiant le chant des clochettes du début ou donnant sans difficulté dans le fortissimo quand survient la colère."

Arnaud Saura-Ziegelmeyer - Bachtrack

"La distribution vocale est impeccable de bout en bout, la prosodie française parfaite. On comprend le texte même dans les vocalises de Marianne, interprétée par la soprano Aurélie Fargues."

Omer Corlaix - Musiques contemporaines XX & XXI

"Seul le rôle de Marianne requiert de la vélocité. Aurélie Fargues surmonte ces vocalises avec endurance."

Bruno Serrou - La Croix

"Aurélie Fargues joue également très bien la capricieuse Marianne."

Ouest France

Il Trittico de Puccini - Suor Genovieffa - Opéra de Tours

"Pour sa première apparition à Tours, Aurélie Fargues fait forte impression dans le rôle de Suor Genovieffa."

 

Michel Le Naour - Concertclassic.com

" (...) sans oublier la fraîcheur rayonnante d’innocence d’Aurélie Fargues en sœur Genovieffa, nouvelle à Tours."

 

Gilles Charlassier - Concertonet.com

 

"Le reste de la distribution est conforme aux personnages interprétés (...) Aurélie Fargues – sopranino gazouillant dans Il tabarro puis lumineuse Suor Genovieffa –"

 

Christophe Rizoud - Forumopera.com

 

Platée de Rameau - Thalie, La Folie - Odyssud, Festival de l'Abbaye de Sylvanès

"Mais la vraie diva de la soirée, la voix la plus travaillée, la chanteuse qui crève l’écran et assume la large tessiture du rôle et ses infinies nuances est La Folie inoubliable et irrésistible d’Aurélie Fargues. Quelle meneuse de revue ! Quelle voix fruitée et légère capable de monter tout là-haut ! Quelle capacité à vivifier le rythme et quelle belle énergie scénique. Cette Folie porte parole de Rameau qui prouve que la musique peut tout est une créature de grand prix. Le rouge lui va si bien et cette coiffure au pétard, quel chic ! Voilà un nom à suivre!"

 

Hubert Stoecklin - Classiquenews.com

"[...] On remarquera donc la très belle place tenue par le ténor Paul Crémazy (Platée), imperturbable dans le chant malgré la fantaisie de jeu imposée par un rôle qu'il porte sans plaindre l'énergie ou la mimique. Peut-être plus encore celle d'Aurélie Fargues, Folie à la vivacité et à l'espièglerie délicieuses, dont le grand air suscita une volée d'applaudissements assez inaccoutumée au beau milieu d'un deuxième acte. Que voulez-vous, le plaisir...[...]"

 

Jacques-Olivier Badia - Le Clou dans la planche

"Deux voix se distinguent avec panache, celle bien timbrée et subtilement menée du ténor Pierre-Emmanuel Roubet, Mercure très à l’aise dans son blouson de cuir et ses santiags, et celle aérienne et virtuose d’Aurélie Fargues, Thalie et surtout impressionnante Folie."

 

Serge Chauzy - ClassicToulouse

"En fine meneuse de jeu presque cynique, Adina, chantée avec aisance et une belle musicalité par la soprano Aurélie Fargues, mène par le bout du nez ces deux ballots de Nemorino et Belcore. Elle se joue avec bonheur des redoutables vocalises de Donizetti et conquiert le public.".

 

Alain Huc de Vaubert - ResMusica

 

"Aurélie Fargues (Adina) a su emporter les cœurs de chacun. Quelle voix. Quelle interprétation. Quel charme. Comme son timbre, elle est appelée à monter plus haut !"

 

Maryan Charruau - Sud Ouest

L'Elisir d'Amore de Donizetti - Adina- Théâtres d'Agen et Villeneuve-sur-Lot

La Vie Parisienne d'Offenbach - Gabrielle -Festival de Bruniquel

"Au cœur d’un village de carte postale, cette cuisine bourgeoise est toutefois agréablement mitonnée, et quelques interprètes (notamment Aurélie Fargues, survitaminée, en Gabrielle) ajoutent des bulles au champagne."

 

Alain Guédé - Canard Enchaîné

"Deux jeunes et nouvelles venues s’imposent facilement : Aurélie Fargues, qui affiche le piquant et les aigus de Gabrielle, et Virginy Fenu qui assume le rôle fantasque de Pauline."

 

Bernard Crétel - Opérette Théâtre Musical

Le Nozze di Figaro de Mozart - Cherubino - Festivals des Nuits Musicales en Armagnac, des Vendredis de Caunes, Théâtre de Mont-de-Marsan, ...

"La palme de l’originalité revient à l’étonnant Chérubin d’Aurélie Fargues, qui à contre-emploi scénique mais pas vocal, « déchire » la scène. Son Voi che Sapete est une merveille de sensibilité, de trouble adolescent et de révolte sociale inconsciente."

 

Alain Huc de Vaubert - Chronique des Nuits Musicales en Armagnac

"(...) Aurélie Fargues, troublante et convaincante dans Chérubin (...)"

 

Y.G La Dépêche

Die Zauberflöte de Mozart - Pamina - Théâtre d'Agen, Festival des Nuits Musicales en Armagnac

"La puissante clarté du Tamino de Stanislas de Barbeyrac lui promet un bel avenir, tout comme la touchante sincérité d’Aurélie Fargues incarnant avec finesse une Pamina à la fois fragile et déterminée."

 

Alain Huc de Vaubert - ResMusica